Le guide de votre bien-être à domicile

Actualités

Entrée dans la période du rhume des foins

Dans l’ouest de la France, les personnes victime d’allergie au pollen doivent redoubler d’attention car la pollinisation des cyprès et des noisetiers a déjà commencé. En effet, le froid glacial n’a pas servi à retarder ce processus naturel qui provoque des effets plus ou moins graves chez les personnes sensibles : conjonctivite avec ½dème des paupières, rhino-sinusite, gêne respiratoire, toux, eczéma, urticaire… Autant de sources d’incidences sur la qualité du sommeil qui peut engendrer de la fatigue et une perturbation de la vie socioprofessionnelle des patients de Sophie Frain, conseillère médicale pour l'association Capt'air, responsable des relevés polliniques en Bretagne.

Dans la plupart des cas, se sont les descriptions des patients qui servent d’alerte pour les médecins « sentinelles ». Pour confirmer le début de la pollinisation, ils effectuent des analyses de l’air et les résultats rapportent que le froid glacial n’a pas empêché le processus d’autant plus que le soleil de la journée et le petit vent encouragent cette pollinisation. A l’heure actuelle, seuls la côte et les vents de mer agissent pour limiter le processus.

Une réaction immunitaire excessive

Le pollinose est une réaction immunitaire anormale qui se produit en cas de présence de pollen minuscule et léger capable de flotter longtemps dans l’air et entrer dans les voies respiratoire hautes. Cette forme d’allergie touche autant les citadins et les ruraux exposés aux haies d’ornements.

La prévention

La première chose à faire consiste à identifier le type de pollen auquel vous êtes allergique. Il suffit ensuite de limiter l’exposition à ce pollen et éviter d’amener les pollens de l’extérieur vers l’intérieur. Il est aussi utile d’aérer la maison avant 10 heures le matin et après 18 heures le soir, ne jamais sécher les linges de maison dehors et laver les cheveux avant de dormir pour éliminer tout résidu de pollen.