Le guide de votre bien-être à domicile

Allergie aux pollens

Actualités

Allergies printanières : pourquoi il faut se soigner dès les premiers symptômes ?

Les allergies printanières sont les allergies aux pollens, l'allergie la plus fréquente à cette saison est l'allergie aux pollens de graminées également appelée rhume des foins.Cela se traduit par un rhume (écoulement, éternuements, nez bouché), une conjonctivite (démangeaisons des yeux), et parfois par de l'asthme : toux sèche, essoufflement en particulier à l'effort.

L'obstruction nasale génère une fatigue liée essentiellement à un sommeil de mauvaise qualité. Les crises plus sévères lors des loisirs extérieurs poussent souvent les allergiques à renoncer à de nombreuses activités. Ce handicap est majeur pour les étudiants qui sont à cette saison souvent en période d'examen. Les troubles du sommeil peuvent impacter leurs performances et les symptômes invalidants gênent leurs révisions. L'asthme, qui est la manifestation la plus sévère de l'allergie respiratoire, peut conduire à des hospitalisations ou à des arrêts de travail.

L'idéal est de connaitre précisément à quel pollen on est allergique. Le bilan allergologique est simple de réalisation indolore et réalisable même chez l'enfant quelque soit son âge, contrairement à certaines idées reçues. Les allergiques ne doivent pas être fatalistes, il existe aujourd'hui des traitements efficaces ! Cependant il est important de ne pas les interrompre trop rapidement, ce que l'on a tendance à faire dès que l'on va mieux. Les prises ponctuelles permettent à l'inflammation de la muqueuse respiratoire de s'installer et sont à l'origine d'une aggravation des symptômes.

Les traitements initiaux sont à bases d'antihistaminiques, en cas de persistance des gênes il ne faut pas hésiter à reconsulter afin de bénéficier d'un traitement complémentaire local (spray nasal, collyre, traitement pour l'asthme si besoin).