Le guide de votre bien-être à domicile

Allergie aux pollens

Actualités

Allergies croisées pollens-aliments : les signes qui ne trompent pas

Le syndrome d'allergie orale est habituellement précédé d'une allergie à un pollen. Les allergies croisées s'expliquent par une ressemblance de structure entre certaines protéines du pollen et des aliments. Le corps ayant produit des anticorps propres au pollen, lorsque ceux-ci entrent en contact avec un aliment partageant des protéines similaires, une réaction inflammatoire est déclenchée. Les allergies croisées pollens-aliments provoquent un syndrome d'allergie orale, ainsi nommé parce qu'il touche principalement la bouche et la gorge.

Les symptômes apparaissent habituellement quelques minutes après avoir consommé ou touché l'aliment, mais peuvent parfois prendre plus d'une heure à se manifester. Les symptômes se limitent souvent à des picotements, démangeaisons et sensations de brûlure aux lèvres, à la bouche et à la gorge. Des écoulements et démangeaisons oculaires, écoulements nasaux et éternuements peuvent aussi être présents.

Les réactions plus graves incluent l'urticaire et l'enflure de la bouche, du pharynx et de la trachée ainsi que, dans de plus rares cas, des vomissements et de la diarrhée, de l'asthme, une urticaire généralisée, un choc anaphylactique. Certaines personnes ont signalé l'apparition d'éruptions cutanées, de démangeaisons ou d'enflure en pelant ou en touchant les aliments en question, là où il y a eu contact avec la peau. Les réactions d'allergies croisées peuvent se produire à n'importe quel moment de l'année, mais sont souvent plus vives pendant la saison de production de pollen. Les allergies croisées peuvent également toucher des gens ayant des allergies aux pollens de graminées, d'ambroisie (herbe à poux), d'armoise…L’allergie croisée la plus fréquente concerne le pollen de bouleau. Elle est présente chez 50 à 70 % des personnes allergiques à ce pollen.

L'allergie croisée concerne généralement les aliments crus et non pas cuits, car la cuisson modifie la structure des protéines. Le céleri et les noix, toutefois, ont tendance à provoquer une réaction même lorsqu'ils sont crus.